La voiture de mon enfance

En 2007, 67 % des Français ont élue la 2CV "voiture du siècle". Il faut dire que 5 millions de deux-chevaux, ou Deuche, ont été produites entre 1949 à 1990 et que cette automobile constitue à elle seule est un "cliché" de la France, au sens propre comme au figuré. Quand j'étais petit, je l'appelais "auto papa". Je l'aime cette voiture et je regrette aujourd'hui que mes parents l'aient vendue. Mais bon, un jour peut-être je la retrouverai... Et si elle revenait en plus sous une forme moderne ? Citroën semble prêt à ressusciter le mythe avec la DS2.

En 1937, Michelin (propriétaire de Citroën) a l'idée de créer une voiture légère et peu chère à entretenir. La TPV (Très Petite Voiture), comme on surnomme le projet à l'époque, répond à un cahier des charges très simple : quatre roues sous un parapluie avec quatre places assises, 50 kg de bagage transportable, deux chevaux fiscaux (2CV), traction avant, 60 km/h en vitesse de pointe, boîte à trois vitesses, facile d'entretien, possédant une suspension permettant de traverser un champ labouré avec un panier d'œufs sans en casser un seul, et ne consommant que 4 à 5 litres aux 100 kilomètres.

À la fin de la guerre, le rythme s'accélère. Walter Becchia finit de mettre au point un nouveau moteur, toujours bicylindre de 375 cm³ mais refroidi par air (d'où le bruit typique du moteur). Elle dispose d'une suspension à ressorts hélicoïdaux, à amortisseurs à friction et batteurs d'inertie, qui lui procure sa fabuleuse tenue de route.

La 2CV est lancée. Son départ commercial est cependant très lent. Les stocks d'acier étant pauvres, l'État français réserve la matière première à Renault devenue régie nationale, qui produit dès 1947 la 4CV, concurrente directe de la 2CV. Mais, le prix d'achat de la 2CV est toujours très bas et finit par aider son succès. En Allemagne, dans les années 1960 par exemple, une 2CV est environ deux fois moindre que celui d'une VW. Avec le temps, celle qui avait été conçue comme produit de remplacement du cheval dans le secteur rural gagne une nouvelle clientèle : ceux qui s'opposent à la culture de consommation de masse dans les années 1970. Posséder une 2CV devient un signe d'esprit rebelle... En 1981, elle tourne sous les projecteurs avec James Bond dans For Your Eyes Only. Cette décennie est celle des séries spéciales, comme la Charleston, qui relancent un peu les ventes. La fin des années 80, et les exigences de sécurité routière plus fortes, auront raison de la 2CV. En 1988, la production est stoppée en France, à Levallois-Perret (là où les premières 2CV furent construites). La production de la 2CV 6, n'est alors assurée que dans une usine portugaise de Citroën, à Mangualde.

Un projet de vente des outillages de l'usine à la Chine n'a pas connu de suite, la Chine jugeant cette automobile «dépassée» ; elle était pourtant alors très bien adaptée à ce pays dont près de 90% des routes n'étaient pas revêtues.