Mes voitures cultes...
                                                                                   ...en plus de la 2CV bien sûr !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

   La meilleure voiture de l’univers intersidéral : Citroën DS.
Au Grand Palais de Paris, en octobre 1955, une bombe automobile éclate, comme le titrera la presse de l'époque. La DS vient de naître. Deux hommes et leurs équipes sont à l'origine de cette merveille d'automobile : l'ingénieur français André Lefèvre et le dessinateur et sculpteur italien Flaminio Bertoni. La DS a marqué son époque et reste encore aujourd'hui présente grâce à ces collectionneurs.

http://www.youtube.com/watch?v=FwjLcB1Z1es

   Une GT française au cœur italien : Citroën SM.
Dans les années 1960, Citroën a créé cette voiture de Grand Tourisme (GT) sur la base de la DS : ce sera la Citroën SM (projet S Maserati), lancée en mars 1970. La GT était motorisée par un V6 Maserati. La SM ne fut produite qu'à 12 920 exemplaires entre 1970 et 1975. Gloutonne en carburant, elle subit les chocs pétroliers de 1973 et 1975 et pêche par un moteur Maserati dont les concessions Citroën avait du mal à assurer la maintenance. Surtout exportée aux États-Unis, la SM y gagne le prix de la meilleure voiture de l'année 1972 délivré par le magazine américain Motor Trend ! Mais les ventes américaines cessent subitement en 1974 car l'Administration américaine exigeait une hauteur de pare-choc fixe pour l'homologation sur le marché US : la suspension variable en hauteur a rendu cette conformité impossible.

   L’ovni : AMC Pacer.
Trop "petite" et trop exotique, la Pacer ne trouva jamais sa clientèle outre-atlantique et c'est en France qu'elle connut la célébrité. Habilement vendue, elle va d'abord envoûter quelques stars, devenir la coqueluche du "Tout Paris"... et retomber tout aussi vite dans l'oubli. American Motors était la seule marque américaine des années 70 à tenter de façon orginale une percée dans les "subcompacts". Les concurrentes nord-américains (Ford Pinto et Chevrolet Chevette) étaient d'une banalité et d'une laideur... Pourtant, la crise pétrolière aura raison d'AMC, face aux "Big Three" de Detroit. Chrysler, Ford et General Motors aimeraient bien aujourd'hui commercialiser une "petite" voiture de ce genre au lieu de leurs 4x4 aujourd'hui désavoués...

   La chouchoute : Austin Mini.
5,3 millions de Minis (l'originale) ont été produites de 1959 à 2000. La Mini est une petite automobile révolutionnaire et pleine de caractère conçue pour British Motor Corporation (BMC) par Alec Issigonis (devenu Sir) (1906-1988) et fabriquée à Birmingham (Royaume-Uni). Elle fut vendue sous plusieurs marques Austin, Morris, MG, Wolseley, Riley, Leyland et sous licence italienne Innocenti (groupe Fiat), avant de devenir une marque propre. En 1994, BMW Group prit le contrôle de Rover, le successeur de British Leyland. En 2000, BMW Group décida de ne garder que la marque Mini, et commercialise depuis 2001 une toute nouvelle version au succès foudroyant.

Vive le cubisme !

   Exotisme japonais :Nissan Cube II.
Cette Nissan a été numéro un des ventes au Japon de 2002 à 2005. C'est l’aspect carrément cubique, sur lequel se greffent les arrondis assymétriques des vitres et des feux, qui fait tout le charme de cette auto basée sur une plateforme de Micra. Le succès de cette 2e génération de Cube a sûrement surpris Nissan, qui n'avait pas prévu d'exporter la voiture. C'est chose faite avec la 3e génération, présentée en novembre 2008 au LA Auto Show (Californie), commercialisée au printemps 2009 aux Etats-Unis et au Canada, puis en France. Problème (?) : on design est moins cubique... Du coup, moins réussi à mon goût.

   Carrure américaine : Chrysler 300C de 2005.
Appelée 300 aux Etats-Unis, 300C en Europe, cette berline de Chrysler réinvente le design automobile américain. Son style rablé et son look de mauvais garçon
séduisent, imaginés par le talentueux designer d'origine haïtienne Ralph Gilles, ses consommations gargantuesques moins (surtout en version essence)... Elle est proposée en berline et en version break (uniquement en Europe). Au USA, la version break (estate en anglais) est commercialisée par Dodge, une autre marque du groupe Chrysler, sous le nom de Dodge Magnum. Une nouvelle mouture sera commercialisée en 2011 mais elle s'annonce décevante côté look.